Assurance habitation : comment faire baisser le prix ?

Assurance habitation

Vous trouvez que votre contrat MRH (multirisque habitation) vous coûte, années après années, de plus en plus cher ? Il est pourtant possible d’enrayer ce phénomène. Plusieurs astuces vous permettent en effet de diminuer le montant des cotisations tout en préservant un niveau de protection constant. Prenez connaissance des informations rassemblées dans le texte ci-dessous pour en apprendre davantage !

Faire le point sur votre contrat actuel

Pour se prétendre bien assuré, il n’est pas utile de disposer d’un contrat couvrant tous les risques possibles et imaginables sans pourtant s’intéresser au montant des cotisations. C’est au contraire payer le prix juste et bénéficier d’un niveau de protection adapté à la situation.

Certains assureurs n’hésitent pas à inclure dans leurs formules des garanties totalement inutiles. Quel serait l’intérêt d’une protection de votre garage si votre habitation n’est même pas pourvue ? Du point de vue de l’assuré, il est bien évidemment totalement nul. En revanche, pour la compagnie, une telle pratique permet de faire grimper le montant des cotisations sans prendre le moindre risque !

Par conséquent, il est fortement recommandé d’étudier de très près tous les contrats qui pourront vous être proposés, même en cas de simple reconduction. Partez à la recherche de ces clauses inutiles (voire abusives) et luttez pour les supprimer. En cas de refus de votre assureur, ne perdez pas davantage votre temps et filez à la concurrence !

Vous aimeriez obtenir des informations complémentaires à propos des contrats habitation ou voiture ? Vous envisagez un changement d’assureur dans les mois à venir ? Jetez donc un coup d’œil à ce site qui pourrait bien vous être fort utile.

Lister tous vos biens

Le premier des réflexes à avoir avant d’assurer votre logement reste de faire l’inventaire de son contenu. Si une telle tâche peut sembler totalement inutile et terriblement chronophage, elle pourrait pourtant bien faire diminuer le montant des cotisations.

Vous n’ignorez sans doute pas que l’assureur a besoin de plusieurs paramètres avant d’estimer ce que vous lui devrez en échange de sa protection. Parmi eux figurent notamment :

  • La superficie du logement
  • Le nombre de pièces
  • L’année de construction
  • La valeur de vos meubles
  • Le montant des bijoux
  • La valeur de vos équipements high-tech
  • La possession ou non d’œuvres d’art
  • La possession ou non d’équipements à l’extérieur de l’habitation (piscine, garage, etc.)

En faisant ce travail, vous donnerez des éléments précis à la compagnie. Votre contrat sera alors adapté en conséquence, notamment au niveau tarifaire, au lieu d’appliquer des barèmes et des moyennes.

Négocier le montant de la franchise

On ne le sait pas toujours mais le montant des franchises impactent directement les prix de votre contrat MRH. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, la franchise désigne une somme restant à charge de l’assuré en cas de sinistre. Vous aurez sans doute déjà compris que plus le montant de la franchise est faible (voire nulle) et plus le coût de l’assurance habitation sera élevé.

Vous disposez ici d’une marge de manœuvre pour négocier avec votre assureur. Pensez-vous qu’il soit réellement utile d’ajouter, chaque mois, quelques dizaines d’euros pour bénéficier d’une franchise de niveau inférieur alors même que vous n’avez jamais subi le moindre sinistre ?

Sécuriser votre logement

Le niveau de protection de votre habitation influence grandement le coût de votre assurance habitation. S’il est trop faible, ce dernier sera fortement augmenté. Toutefois, une telle situation n’a rien d’irrémédiable. Quelques travaux pourront vous faire économiser de précieux euros.

Ainsi, si vous vivez dans un logement en rez-de-chaussée, améliorez la sécurité des différentes ouvertures. La simple pose de volet ou l’installation de barreaux anti-effraction suffiront ! Pour les portes, veillez à les doter d’un système de fermeture à multiples points (au moins trois). Bien évidemment, en plus des dispositifs cités ici, vous aurez du mal à vous passer d’une alarme ou d’un système de télésurveillance. Ceux-ci permettent d’économiser entre 15 et 20 % du montant initial du contrat. Intéressant, n’est-ce pas ?

Régler la cotisation en une seule fois

Certains assureurs n’hésitent pas à facturer des coûts de gestion à leurs clients réglant de manière mensuelle leurs cotisations. Un tel surcoût, justifié par un risque plus grand de retard ou de non-paiement, peut facilement représenter plusieurs dizaines d’euros chaque année. Il reste pourtant évitable, à condition toutefois d’avoir la capacité financière de verser vos cotisations en un seul règlement. Faites donc une proposition en ce sens avant de vous engager. Votre assureur sera très certainement sensible à cette démarche qui simplifiera sa gestion.


Existe-t-il une assurance responsabilité civile étudiante ?
Voiture sans permis : quelle assurance choisir ?